Quel « role bencher » êtes-vous ? par Kenny Anderson

Image

Pour vous la vie, c’est comme un terrain de basket. Il y a la star, le lieutenant, l’homme de l’ombre, le bourrin et le couteau Suisse. Seulement sur le banc il y a une toute autre vie qui respire la cire d’abeille, la rancune du Loser et les faux espoirs.
Cette existence qui respire le peuple d’en bas en attente d’un coup de pouce du destin ou que l’ascenseur social de Quasimodo vous sorte de votre sous sol qui suinte la pisse de bistrot et les mosquées souterraines. *
Faut dire qu’au fond de vous, vous avez toujours rêvé d’être l’homme des dernières secondes, ce joueur qui cristallise les foules et qui défleure, pendant que vous faites baver votre mauvaise foi à la buvette, la rombière de Dijon à El Paso.
Mais pas d’bol, la providence est chienne et mère nature a fait de vous un second couteau, pour ne pas dire un canif Mc Gyver fabriqué en Haïti un soir de tsunami.
Cela étant dit, vous êtes néanmoins homme à vous respecter. Vous êtes au ban du microcosme orangé, vous subissez plus que vous ne participez, mais vous êtes bien décidé à ce que « la routourne va tourner », comme dans la phrase du Francky Boulonnais…
Bref nous y voilà. The Game, l’apogée de votre carrière, nous sommes le 31 mai 2014, votre équipe est en finale départementale, division Artois, conférence Pas de Calais. Votre Himalaya.
La montée, elle se joue ce soir 20h30 salle Robert Charlebois à Sailly la bourse. Votre adversaire du soir n’est ni plus ni moins que votre ennemi juré, le cheminot de Mazingarbe. Un savant mélange d’agents SNCF, d’intérimaires à durée indéterminée des PTT, d’un international Moldave et d’un étrange coach Serbe élevé à la sauce Tito sans le Puente.

Le match c’est 20h30 après la Chazal, mais la préparation mentale débute vers 19h30 à votre arrivée dans le Béthunois.
Vous débarquez à la salle au volant de votre bolide sans permis tuné, prêté par le club. Le stress est à son paroxysme, vous sentez que votre estomac risque de bombarder du gaz lapin moutarde de votre génitrice, vous passez neanmoins la porte du vestiaire le cigare au bord des lèvres, le Boeing en bout de piste. Bref, vous avez la taupe au guichet…

19h45, la tension monte…

&- Pour vous le vestiaire c’est votre terrain d’expression. Blague du pet flambé, les histoires graveleuses d’avec maman, imitations de Laurent Gerra, tout y passe.
Vous savez très bien que votre moment de gloire c’est pour maintenant. Le ballatum, très peu pour vous et votre coach n’a pas l’intention de vous faire participer à sa défense de zone 1-1-1-1-1, inspirée par l’ONU pendant le délire Rwandais. Tout ce que vous espérez, c’est une victoire pour ambiancer la douche avec votre célèbre Helico Tornado que vous avez breveté, le pissou sur la cuisse ou la célèbre glissade de la mort au Jojoba.
« Show must Go on! » comme disait le lièvre en simili du cuir.

€- Volvic, la chaussette gauche, un Kabyle à la coupe de moine, c’est votre Gilles de la Tourette à vous. Vous avez votre rituel d’avant match d’une minutie quasi biblique, sans oublier un attirail de joueur NBA qui vous a coûté un bras et votre héritier vendu à prix d’or à un courtier Albanais. Vous me direz, un titre de champion ça n’a pas de prix, plus que votre âme finalement. Cela étant, c’est pas ce qui va vous faire fouler le parquet. Votre dernière apparition remonte à six mois et votre dernier shoot à 3 points a failli provoquer un cataclysme régional après avoir brisé un Plexiglas flambant neuf. N’est pas le Big Cactus qui veut…

#- Le 5 majeur à sa vedette, le banc a dans la plupart des cas, son ancienne gloire. Et on sait que vous le savez, vous avez du mal avec la régression qui a suivi votre avancée dans le temps. En une phrase, vous ne serez plus jamais celui que vous étiez, ce qui ne vous a pas empêché d’avoir développé une autre faculté, la mauvaise foi. Le vestiaire, c’est toujours le moment que vous choisissez pour baratiner sur vos exploits des années 90. Vous deviez rentrer à Cholet mais une grave blessure a stoppé votre ascension (se fracturer le radius en 3 morceaux dans un concours de branlettes à l’internat, c’est quand même bien con), vous avez connu de loin Jim Bilba, enfin vous l’avez vu de loin un soir sur Antenne 2 et vous avez mis un buzzer biter en minimes depuis votre ligne des LF. Bon d’accord mais c’était y’a 20 ans et il serait peut être temps de passer à autre chose mon grand. C’est fini la fête à dudule, surtout quand on ressemble de plus en plus à Mme Bellefeuille…

%- « Naugthy by nature », vous avez pris l’idée à la lettre et c’est peu dire. En Excell Départ, on n’a pas toujours les moyens de se payer un Ricain mais c’est pas grave, y’a toujours un zigoto qui traine dans votre contrée pour pousser le cliché jusqu’à des sommets inespérés. Et comme de par hasard, c’est tombé sur vous.
Vous roulez en Ricaine, la Ford Mondéo 95 du Daron, vous portez encore du FuBu, des Timberland, un bandana sur l’œil gauche et les compils de Planète Rap avec le freestyle du Playboy de Sarcelles sont pour vous, le sacré graal.
Le vestiaire est votre espace d’expression, vous exposez votre style tout en Old School Jordanien. Protège chicos, couilles, molletières, bandeau, éponges front et Jordan XI en vinyle sont vos accessoires de John Travolta des raquettes. Et pour couronner le tout, vous avez deux tatoos au henné du Air Jordan sur chaque mollet, que vous faites refaire à chaque fois que vous êtes invité à un mariage Maghrébin.
Seul souci, le basket c’est pas votre truc. Vous êtes le Georges Vestris du surendetté. Mi manchot, mi Mel Brooks. Les seules fois où vous traversez la ligne de touche, c’est sur les temps morts quand on vous demande de vous lever du banc.

20h27, l’arbitre annonce les 3 dernières minutes avant le début du match, vous avez déjà joué le vôtre. Doubles pas, shoots exters, tentative de Dunk (€) se soldant par un mort et 3 blessés, vous retournez au pas de course et en sueur pour observer la rencontre en loge cirée VIP.

20h30, l’entre deux est joué.
20h31, vous lancez une belote (#). Roi de carreau jamais capot, vous sortez le Fernando Couto (c’est comme ça que vous vous nommez quand vous coupez) de sa défense pour un tacle par derrière avec votre valet.
20h35, vous faites une Kent Bazemore (%) sur un contre assassin de votre co-équipier qui ressemble étrangement à un Greg Ostertag sous Lysopaïne. 10 de der, vous vous êtes fait une élongation sur une tentative du coup du dragon en sortie de banc.

Image

20h48, 1er temps mort vous lancez votre première vanne (&). Un remake des Vamps en feat avec Rolland Magdane. Disqualifiante. Belote, vous attendez avant de lancer votre imitation du Banania par Michel Leeb. La star de votre équipe est d’origine Sénégalaise ascendant Bokassa, vous avez peur qu’il déguste votre foie avec des fèves au beurre et un excellent Chianti.
20h59, vous amenez votre talent aux toilettes (€). Bah ouais, ça fait pisser l’eau des volcans gros malin.
21h15, c’est la mi-temps. Vous reprenez votre match pendant que les autres filent aux vestiaires. Vous retentez un tir à 3 points (€), début de la guerre en Crimée.

21h30, vous retournez avec votre peau de chamois et votre O’cedar dépoussiérant, terminer votre lustrage de compagnon du devoir. N’est pas Didier M’Benga qui veut…

21h34, les pompiers arrivent (%). Vous avez tenté la Robert Sacre avec toujours cette idée de vous prendre pour Maître Miyagi. Et Crac!!!!! La voilà la déchirure de 5 cms. En plus de ça vous avez foutu en l’air votre short de MJ North Carolina, que vous aviez pu vous acheter grâce aux bénéfices de votre production de Tilleul Herbesan au THC30 élevée sous le néon. Fausse donne.

21h45, le coach vous regarde (#). Votre carrière défile devant vos yeux. Votre première victoire en mini-poussins. Votre premier maillot dédicacé par Georgie Adams. Votre première paire de Jordan IV version Marocaine. Vous vous levez, l’œil alerte, le temps semble figé, votre coach ouvre la bouche: « Tiens comme t’es debout, tu peux aller me chercher de l’eau à la buvette. J’ai soif. » Ça vous apprendra à compter les cartes…

22h01, ultime temps mort. Sur le terrain, c’est tendu comme le string de votre rombière en mode cachalot (&). Vous tendez une Cristalline à votre FP et vous tentez de détendre l’atmosphère avec une vannasse dont vous avez le secret: « Tu sais comment on appelle deux Somaliens dans un sac de couchage? Un Twix ». Bizarrement, vous n’avez pas trouvé preneur. L’ami Bocandé semble vous faire comprendre que la marmite commence à bouillir et que vous allez finir en Thiéboudienne de Gorée. Rebelote.

22h19, vous recevez un appel de Ban Ki-Môon (€). Les Ruskoffs organisent un concert des Enfoirés avec les chœurs de l’armée rouge en terres Tatares . Les conserves premiers prix des Restaus vous constipent, vous passez à l’Hépar. Vous préférez le 8 Américain torture finalement.

22h20, fin du match. En route pour la buvette, vous avez un match à revivre.

Vous avez un maximum de €, vous avez cette tendance à foutre la merde malgré vous. C’est pas que vous êtes un mauvais bougre, vous êtes juste un gros poissard doublé d’un bourricot. Vous êtes Ed O’Bannon.

Vous avez un maximum de &, vous êtes un bourrin rigolard et Richard Cocciante n’a plus de secret pour vous quand vous passez votre Obao senteur Ébène sous les aisselles. Vous êtes lourd et vous tapez souvent en dessous de la ceinture. Vous êtes Greg Foster.

Vous avez un maximum de #, c’est peu dire qu’on en a marre de votre boulard et de vos souvenirs qui puent la naphtaline. Vous vivez dans le passé et vous tentez d’excuser votre prise de poids par un faux problème de thyroïde. Vous êtes Bryant Reeves.

Vous avez un maximum de %, vous avez le look, l’attitude et le phrasé mais vous êtes un incroyable imposteur. Vous êtes le faux Ricain dans toute sa splendeur mais vous le jouez bien et à fond les ballons. Vous êtes Marko Milic.

* « Les mosquées de Roissy » par Gérard et Philippe De Villiers du Puy du Foufou.

Par Kenny Anderson

Image

Publicités

7 réflexions sur “Quel « role bencher » êtes-vous ? par Kenny Anderson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s