Dis moi qui tu supportes, je te dirai qui tu es… (3/6) par Kenny Anderson

 

«  Odelali, odelali…La bonaventure ! » (Attention, ce qui va suivre n’a rien à voir avec un footballeur Ivoirien qui trainait sa caravane sur la pelouse du Stade Bollaert)

Ce soir, la 31ème vous propose un article « secrétaire de direction trilingue », sous la forme d’un fabuleux glossaire du Fan NBA dans le but précis de préparer au mieux les PO qui pointent le bout de leur nez et qui vous permettra d’affûter vos joutes verbales pendant cette période de grands débats orangés, voire même pendant votre prochain séminaire à la Cogip.

« Allez hop, on y va, en route pour l’aventure. Tagada tagada !!!! A l’appel du Banga !!!! »

 

Les Pacers d’Indiana

 

Être supporter des Pacers, c’est avant tout vénérer une vie d’un autre temps tout en subsistant dans la modernité.

Comme dans l’émission de la petite chaine qui monte présentant des sinciers en mal d’amour, vous aimez vous sentir en sécurité dans vos bottes de marque Dunlop, faire des virées avec vos semblables en tractopelle 5000, enfiler un gant Mapa jusqu’à l’épaule pour fouiller l’arrière train d’une belle Normande et espérer tomber avec une chance de cocu sur une demoiselle pas bien regardante, capable de subir ce que vous faisiez précédemment à vos poules et vos chèvres par manque d’opportunités.

Je sais que la réalité est parfois vacharde mais tentons néanmoins de mettre des mots pour expliquer votre « Fan way of life », vous êtes ce qu’on appelle avec beaucoup de discernement, un péquenaud.

Tout le monde s’accordera à dire que vous êtes une personne sympa, nature (flatuler comme un marcassin en société est chez vous un art de vivre) et rougi par la Villageoise maison mais sans vous mentir, vous êtes aussi le symbole de la ringardise absolue.

C’est certain que les jeans à pinces Saint Hilaire taille nombril, les chemises à carreaux coupe confort de la Blanche Porte et les Sportswear de chez Mephisto ne subodorent pas vraiment un charme et un charisme George Clooneysque. Ce qui ne vous a pas empêché de vous faire refourguer par un VRP créatif, 4 machines Nespresso financées en 180 mois chez un usurier au teint vert. What else !!!!? Un traitement pour l’hypertension ?

Quand on y pense, ce côté Rick Smits de Picardie reste quand même une putain de fatalité. Mais vous ne faites aucun effort aussi, c’est quoi cette nouvelle idée de se mettre à la country et de vous dandiner comme un grobert du Tegzass, tout en tentant de frotter votre sboubi sur de la rombière de Montdidier ? Ca vous suffisait plus de vous reproduire avec votre propre sœur qui est aussi votre propre fille ? Hein ?

Bon, dans votre malheur vous avez aussi de la chance quelque part.

Grâce à votre sélection à la prochaine saison du « Bonheur est dans le pré », vous avez pu approcher la mulâtre la plus chaude du PAF. Vous auriez quand même pu vous abstenir de lui chanter du Francky Vincent histoire de rester dans le thème : « Tu veux mon zizi? Oui oui oui oui. J’vais te le donner oui oui oui oui » (suivi d’un rire gras) .

 

En cas de PO, comment dézinguer du bourrin via la famille Spanghero :

 

– « Le cimetière – Quel cimetière ? – Euh… Auburn Hills… », Quatrième volet en spaghetti movie de Sergio Leone dans le Far West Michiganien. Ben Blondin, Stephen Tuco et Ron Sentenza reprennent le poncho et les poings sur la gueule pour une aventure en gradins.

– «  Go West !!!! », hymne en l’hommage du jeu tout en finesse de David West, interprété par les Pet Boy George.

Paulo et Youki

Paulo et Youki

– « Ricky Pierce au lit », livre pour enfants aux éditions de la Trotrotinière.

 

Les Lakers de Los Angeles

 

Être supporter des Lakers, c’est avant tout développer un égo surdimensionné dans le cadre d’une vie mortellement banale.

Votre fascination pour Kobe Bryant vous pousse à extrémiser chaque instant de votre vie et bien évidemment, à repousser toujours un peu plus loin les limites du ridicule. Le tout, dans un mimétisme que l’on pourrait qualifier d’inquiétant.

Vous en êtes convaincu, vous êtes le Magic Mamba de votre échelle sociale, voire même, n’ayons pas peur des mots, de votre génération.

Tel un Kobe dans les moments compliqués vous resserrez les rangs, les poings et les fesses. Comme ce jour où au bureau, vous avez mis deux heures à sortir un étron de 3.5 kgs et ce contre toute attente. On vous avait déjà volé le MVC (le Most Valuable Columbine) en 2006, il était hors de question que la chose se réitère. Vous publiez dans la foulée une photo sur Instagram sous le titre : « Opération perlouse réussie ».

Comme votre idole, vous n’êtes pas non plus le dernier des queutards. Vous avez les intentions graveleuses et forcer un peu la main de votre proie ne vous a jamais freiné dans votre entreprise de débauche absolue.  Cela étant dit, votre narcissisme vous pousse parfois à la réalisation de certaines facéties orgasmiques. Loin de moi l’idée de vous juger mais il serait intéressant un jour, de vous expliquer sur les raisons de votre invitation Facebook sous le titre, « Rencontres interfémorales ».

Faut dire que vous ne manquez pas de culot, convier les 20000 habitants de votre commune sur la grande place un soir de printemps, pour expliquer les vertus du « coït Intercural » dans le domaine de la prostitution, était un pari osé. Cet élan partageur vous aura coûté un divorce mais dans le même temps vous avez ramassé un paquet d’amis. Bon un peu gays c’est vrai mais c’est pas le genre de choses qui vous chagrine, tant qu’on vous aime au final…

Vu votre talent, il ne manquerait plus que vous vous mettiez à Twitter pour commenter les choix stratégiques de votre patron par le biais d’une multitude de Twittos assassins. Vous me direz, pour ça, faudrait peut-être commencer par arrêter YouPorn au boulot, histoire de vous dégager du temps.

 

En cas de PO (hihihihihihihihill !!!!), comment culbuter votre proie tel un Black Mamba :

 

– « Wish, Wish, Wish, Wish! Viens jouer avec mon Wish! 5 minutes c’est pas longtemps et puis mon Wish, mon Wish il s’ra content ! », chanson populaire du Carnaval du Denver dans le Colonrado.

– « Smush Parker ne gagne jamais », série pour adolescents sur la synchronisation de la défaite par montres Casio calculatrice.

– « Tell you baby, you huggin up the big monkey man » , reprise des Specials par Amy VinDeTable en hommage au cultissime Jordan Infarmar.

 

Les Clippers de Los Angeles

 

Être supporter des Clippers, c’est comme gagner le gros lot au Bingo de Couilly-Pont-aux-Dames, lors d’un après-midi endiablé par un son de Jean-Marc Thibault.

Pourtant, votre existence aurait pu se résumer en une succession d’événements subodorant la guigne. Rappel des faits.

Dès votre venue au monde, le sort sembla s’acharner sur votre cas puisque que vous êtes devenu contre votre gré, la principale source d’inspiration de l’expression « avoir été bercé trop près du mur ». C’est sûr que de demander à votre père et ses deux moignons de prendre la relève pendant que maman replaçait son utérus avec deux plateaux repas, ça sentait le drame à plein nez. Plus de peur que de mal, vous êtes juste devenu long à la détente. Un peu long c’est vrai…

De surcroît, est-il nécessaire de disserter le bout de gras sur votre légendaire surnom? « Uniball », qui semble être la résultante d’une malencontreuse perte testiculaire.

Evidemment que oui mais soyons francs, quelle idée aussi de lire les Lettres Persanes au 1er degré ? Putain mais vous pensiez à quoi bordel en vous tailladant les bourses au cutter? Qu’on allait ériger un sérail dans votre bled de Seine et Marne, uniquement pour laisser libre cours à vos joutes tribales d’un autre temps ? N’est pas Jean-François Copé qui veut mon cher ami… Non mais franchement.

Que dire encore de cette idée non moins saugrenue de ne pas vérifier la marchandise avant de consommer votre mariage ? Vous avez l’air finaud maintenant. Vous hésitez depuis à inviter vos amis autour d’un café et 3 Palmitos, puisque le combo « pomme d’Adam/nichons/services 3 pièces » de votre dulcinée a le don d’effrayer vos convives. Faut dire qu’elle en a dans le paquet la bougresse sous sa jupe Jennyfer Bartoli.

Cela étant, la chance semble vouloir croiser le chemin de votre existence, puisqu’il semblerait que votre héritier à tête d’albinos, acquis à prix d’or au détour d’un voyage Senghorien, manifeste déjà des aptitudes physiques dignes d’un Richard Dacoury des temps modernes. On vous imagine déjà montant les marches de la gloire, Laurent Cabrol meuglant comme un porcin les différents exploits du rejeton. Good job Monocouille !

 

En cas de PO, comment pirater un voilier à la méthode Somalienne : 

 

– « 6 times on 1 play », manuel scolaire sur la coordination motrice en 2 temps, 3 mouvements par Corey Maggette.  

– « Silence, on tousse !!!! », documentaire d’Hedo Turkoglu sur la détection de produits dopants par toucher rectal.

"Gérard c'est bon! J'ai trouvé le colis dans l'oignon!"

« Gérard c’est bon! J’ai trouvé le colis dans l’oignon! »

– « Larguer les Lamar !!! », émission de télé-réalité sur la pêche au lamantin en milieu urbain.  

 

Les Grizzlies de Memphis

 

Être supporter des Grizzlies, c’est avant tout être un ourson mal léché vénérant Dick Rivers, tout en vociférant avec la verve de Mr Manatane.

« Sur la route de Memphis » vous avez toujours eu « la rock’n’roll attitude », cela étant dit vous n’êtes jamais contre un « Rock my body» en essayant tant bien que mal de ne pas finir à « sittin’ on the dock on the bay », à 5 heures du mat’ tout en gueulant comme un mulet « quelque chose en nous de Tennessee !!!! ».

Vous êtes Cash comme Johnny et souvent vous « walk the line » mais il vous arrive aussi d’avoir la sagesse d’un révérend, histoire de vous mettre au Green pour délivrer « The message of love ». Aretha ? Où est « the son of a preacher man » ? « Hallelujah » il terminera paisiblement ses jours même si le Mississippi ne nous rendra jamais « Grace ».

Soyez rassurés, je ne vous prends pour « le joueur de Blues » de Michel, moi ce que j’aime c’est être avec Anitatatata et qu’elle me demande « Do you ring my bell !!!! ». « Oh Yeaahhhh !!!!!!! », je termine mon sandwich avant de passer l’arme gauche. Faisons sécession.

Les amis, gageons quand même que cette belle aventure ne se terminera pas comme dans le film de Jean-Jacques Annaud sur les bords du « Mississippi Burning».

 

En cas de PO, comment appâter du Maturin avec des toasts au saumon : 

 

– « Big Country dans le Bayou », RMC découverte vous présente Bryant Reeves dans sa passion de la pêche à la grenade.

Boule de suif et poisson chat

Boule de suif et poisson chat

– « Sacré collège », Série AB Prod inspirée de la vie de Brian Cardinal et qui fera suite au Collège des cœurs brisés.

– « Jason et les Grizzlonautes », l’épopée féérique d’un surdoué de la balle d’orange sur fond de weed et de coupes de cheveux improbables.

 

Le Heat de Miami

Etre supporter du Heat, c’est avant tout être un ancien supporter des Cavs, tout en projetant de devenir un supporter d’une autre franchise le jour de « The Decision 2 ».

Le constat est un peu sévère mais le fan de Miami n’existe pas à proprement parler. A moins de considérer les 70% de la population en fin de vie qui peuplent la ville d’ « Oyé zapapaya » comme un public. De l’appareil auditif, de la peau fripée, de la radasse qui porte ses seins en écharpe ou du consommateur d’enfants Philippins n’est pas vraiment ce qu’on peut nommer une « Fan base ».

Que nous reste t-il au final ?

2 gerbilles, 3 hamsters et 1 cochon d’Inde forment le seul fan club animalier de la grande Ligue, dédié au sosie d’Hamtaro.

La communauté des dinosaures gays de Floride se composant de Denver le dernier dinosaure et d’un varan du Comodo en demande d’asile politique.

Mais aussi de Justin Bieber, Lil Wayne, Jason Derulo et Pitbull pour le côté culture.

Le reste aime les stéroïdes, les TGV et les films de Dolph Lundgren.

Doté d’un sens du discernement proche du néant, le fan du Heat ne peut pas s’empêcher dans son quotidien de mettre toute son existence en corrélation avec les statistiques ou la vie de Lebron James (souvenez-vous qu’il est fan du Heat par défaut).

Vous lui causez CAC 40, il vous parle de se rapprocher du cercle. Vous discutez cyclisme, il passe une prise de sang. Vous lui parlez Stone Roses, il vous cause Vengaboys.

Non mais à un moment donné faut savoir dire stop mon lapin. Vous êtes mignon avec votre jean délavé coupe cigarette, vos Lebron X de soirée et votre casquette de gros blaire vissée sur une coupe Sawgman, mais il faudrait quand même commencer à penser gonzesses et enfin découvrir que vous avez un trou au bout de la louloute.

Terminé les BN, les jeux en réseau et les smileys sur vos textos, il est temps de partir à l’aventure, de percer vos points noirs et de renifler vos doigts après avoir touché de la techa.

Il faut que vous preniez une chose en considération pour que votre vie prenne le virage d’un monde qui change, c’est que papa et maman ne seront pas toujours là pour régler vos problèmes de Nintendo 3DS. Il est temps de voler de vos propres ailes.

Déchaine la fureur Kévin !

 

En cas de PO, comment vous rendre au concert de Jay Z escorté par la police,

 

– « Mariage sain et enfants illégitimes », méthode de relaxation pour convaincre votre dulcinée que vous êtes un enculé mais avec une Visa Business.

– « Hotel room », reprise de Lord Kossity par B-Easy, Rio et MC Darrel en mode Fire Alarm.

– « Enquête exclusive : les 10 dernières minutes du Vol Rio-Paris », ou comment expliquer un crash d’avion par la vantardise d’un PG sous côté.

– « L’étrange histoire de Grégory Oden », Film sur la vie d’un homme né en 1988 à l’âge de 65 ans avec les genoux d’Oscar Pistorius.

Greg Oden lors de sa remise de diplôme en CM2

Greg Oden lors de sa remise de diplôme en CM2

Kenny Anderson

 

Publicités

2 réflexions sur “Dis moi qui tu supportes, je te dirai qui tu es… (3/6) par Kenny Anderson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s