La Führer de vivre… par Rest

 

"Allez viens boire un p'tit coup à la maison. Y'a du blanc, y'a du rouge du saucisson!!!"

« Allez viens boire un p’tit coup à la maison. Y’a du blanc, y’a du rouge du saucisson!!! »

Tapi dans l’ombre de mon abri anti-atomique de 9m² qui me fait d’ailleurs office, soit dit en passant, de baisodrome version 2.0, je me languissais d’attendre la fin d’une saison toujours aussi chiante, que les véritables festivités commencent. Faut se le dire.

Cette année pourtant, le début des P.O ne me faisait sincèrement pas bander. La faute à une route toute tracée vers la finale pour King Kong peut-être, mais surtout du fait d’un 56K qui ne marche uniquement que lorsque ce bâtard de Nord-coréen se décide à pédaler. Et encore, j’ai réussi à lui faire croire que Lin et lui étaient frères. Ah! La belle affaire ! La tâche ne fut pas aisée mais franchement, vous voyez une différence vous entre tous ces jaunes ? Bon au final, il a cédé. Au bout de quelques coups de pelle bien placés certes, mais surtout de quelques bières. L’alcool rapproche les hommes mes amis!

 

image

Bon, ce que je ne savais pas, c’est que l’asiat est rancunier. Du coup, je me coltine principalement les matchs du gros barbu à faire pâlir un extrémiste islamiste et du-dit « Superman ». Sauf que ce putain de Coréen n’est pas foutu d’aller plus loin que 48 minutes.

<<아니오 아니오 아니오 (prononcez « anio ») c’est contrat qui dit 48 Monsieur Rest! >>. Ça y est, le gars est en France, il oublie les heures supps qu’il avait dans son pays d’origine. Fumiste le Coréen, en plus d’être con. Sérieusement dans cette série, ne voir que 48 minutes du match ça fait tâche non ?

Donc depuis 2 semaines j’attends un rayon de soleil. Non pas l’amour non, qu’est-ce tu viens m’emmerder avec ça sérieusement ? Je m’investis déjà financièrement dans les relations sexuelles, je vais pas non plus m’emmerder avec ces conneries. Non, je voulais du lourd, quelque chose qui me ferait dire : « Bon allez sors d’ici, tu as assez cuvé, le genre humain n’est pas si mauvais, tu trouveras bien quelqu’un qui a la tête sur les épaules. » Et là, sorti de nulle part, voilà débarquer un mec qui a des couilles, qui dit ce qu’il pense. Bon c’est vrai je vous l’accorde, l’histoire n’est pas nouvelle, mais là quand même, ça me rappelle les plus belles années de l’Histoire de l’humanité, les bien appelées « années d’or ». Celles qui te donnaient envie de te lever le matin pour rendre le monde meilleur ( disons entre 1935 et 1945, pour les plus jeunes. Ndlr).

Et oui, Donald est arrivé !

Alors je ne reviendrais pas sur ce qu’il s’est passé. Tout le monde est au courant. Mais là, monsieur dit ce qu’il pense vraiment et on doit le virer de son empire, qu’il a mis tant d’années à construire ? En gros, le type perd pendant 20 ans, est la risée de la ligue mais on se dit: « Ouais bon d’accord, il est raciste, mais bon son équipe c’est quand même de la grosse merde depuis des lustres, on va quand même pas le jeter en pâture sur la place publique, il souffre assez » . Et là tiens, cette année le gars a une chance, toute relative je vous l’accorde mais une chance quand même d’aller en finale. Et ben on lui tombe dessus. Tiens, les écoutes privées ne posent plus de problème, la liberté d’expression on la range dans un casier et pire encore, le pilonnage sur la place publique est conseillé et vivement recommandé ( alors que quand c’est une pouffiasse d’Afghane qui trompe son mari et qu’on doit caillasser sur un terrain vague là, on crie, on s’indigne, mais elle est où la différence ?).

Mais quoi enfin ? Le gars décide de se mettre un bonnet blanc sur la tête et de faire un barbecue avec ses amis dans un pré, on vient lui dire non…KKK on en veut pas ?

 

Donald Lecter

Donald Lecter

 

DONALD. D-O-N-A-L-D. J’insiste sur le D

Non, KKK on en veut pas. Et comme on est pas content et qu’on est des gens biens avec des valeurs, on jette nos habits au milieu du parquet pour montrer notre mécontentement, et on dit que PEUT-ETRE l’année prochaine et bien on verra si on quitte cette équipe. Mais bon là, on a une famille à nourrir et un titre à gagner, alors au diable l’intégrité.

D’ailleurs, c’est comme moi l’autre jour. Mon patron nous convoque pour une réunion. Il avait décidé de mettre le salaire des femmes au même niveau que celui des hommes, alors que depuis des mois il disait que non. Ah ben ma réaction s’est pas faite attendre. Le lendemain même, j’ai pas mis de slibard et celui que je devais mettre et bien je l’ai jeté pendant la pause café sur la photocopieuse en signe de protestation. Bon, mon boss en avait rien à péter tout comme Donald avec ses clippouz je présume, mais diable que ça fait du bien de se balader les couilles pendantes durant toute une journée. Enfin la secrétaire m’a quand même fait comprendre que si je tournais trop près d’elle ce jour-là, elle porterait plainte pour harcèlement sexuel au bureau. Et toi, quand tu mets ton string et ta mini jupe ras la touffe, c’est pas du harcèlement ça pouffiasse ? Elle gagne autant que moi désormais, y a plus de justice..

Bref ! Oui monsieur oui, j’affiche mes convictions. Surtout au travail. Alors il est vrai que tel Schopenhauer, j’ai une tendance à m’éclipser et fuir le genre humain. Mais bon, si j’estime que le monde n’a pas lieu d’être sauvé, alors pourquoi j’irai prendre des coups ? Vous feriez pareil.

Non là, Donald m’a redonné l’envie de me battre. S’il ne veut pas que sa chienne ( oui, sa maîtresse si tu veux) s’affiche avec tel individu, il en a tout à fait le droit ! Toute cette histoire ne vaut que ce qu’on se donne la peine d’en écrire, du bousin. Il donne lieu de voir les hypocrites et les bien-pensants s’afficher avec leur masque de bonté. Alors que dans le fond, on pense tous pareil.

Épilogue : « Vous me remettrez bien quelques white, quelques Blancos ».

Ça vous est jamais arrivé de regarder un match NBA avec sur le parquet des types genre Bonner, Ginobili, Splitter, Nowitzki, J.J Barea, Kidd, et autre blancos ? Putain, plus de la moitié des gars se confondent avec la couleur dégueulasse du parquet. T’as l’impression qu’il n’y a que trois blacks sur le parquet. Et le pire, c’est que c’est moche à voir jouer (sauf le grand Blond d’outre-Rhin mais bon, sa famille et moi, on a combattu pour les mêmes dogmes un jour, on s’aime bien.)

Non, mais quand ça arrive tu conspues les coachs et tu ne redemandes qu’une chose, c’est le retour des grands blacks qui courent et sautent plus vite et plus haut que tout le monde. Nan, ça fait mal aux yeux trop de blancs-becs. Ça pique les yeux sérieux. Alors si on pense ça, j’estime que le Vilain petit canard a le droit aussi de penser ce qu’il veut.

 

image

 

 

Rest

 

Publicités

Une réflexion sur “La Führer de vivre… par Rest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s