Top 10: Jour de match !!! (1/2)

Mais que se passe t-il à la 31ème mes aïeux, deux articles en moins d’une semaine. Waouhhhh !!!

Aurions-nous terminé notre longue période de branlomanie végétative ? Allez savoir, en tout cas comme prendre du recul c’est prendre de l’élan, tentons de profiter de cette aubaine et continuons sur cette lancée créative.

Ce jour, votre serviteur vous propose un nouveau Top 10 sur fond de basket et de préparation mentale.

Que l’on soit un joueur modeste ou émérite de la balle orange, le samedi soir à 20h30 quand la bataille commence nous avons tous le même et unique but , la Win la Win et toujours la Win.

Cela étant dit pour arriver dans les meilleures dispositions à l’orée de l’entre deux, il est nécessaire de s’imposer une routine, de se mettre dans un état de conditionnement optimal et surtout, de se préparer à l’échéance dès le lever du soleil. (si vous êtes un moine Shaolin, cette phase n’a aucune importance)

Pour ce faire vous n’avez besoin que d’une seule chose en réalité, une putain de playlist du Fuego del dios!!!!

A la 31ème comme nous sommes des mecs sympas, on vous apporte tout sur un plateau avec un bol de Ricoré, 3 Pim’s et un lecteur MP3.

Donc ne nous remerciez pas bande d’ingrats que vous êtes et profitez qu’on s’occupe de vous comme maman, puisque ce soir (ou ce jour) c’est la maison qui régale.

Balance la sauce DJ Shadow !!!!

10/ The Bucketheads « The Bomb »

« Street sounds swirling through my mind…  »

Il est 08h26 et votre progéniture a bizarrement moins de mal à se lever le samedi que durant les 5 jours précédents :

« Papa allume la télé, y’a Rastasouris et puis j’ai faim. Fumier de lapin!!! »

–          Bon écoute moins bien nain de jardin, là comme tu me vois je vais te tourner le dos et repartir avec Tata Morphée pour un slow endiablé. Et puis comme tu m’as gonflé toute la semaine à pas vouloir te lever, tu vas aussi te faire chauffer ton Benco sur Neptune et tu reviens me voir dans quelques années lumière. »

–          Et oh ! Fais pas trop le malin gros rigolo. J’ai appris par cœur le numéro d’SOS enfants battus et tu feras moins ton mariole quand il s’agira d’affronter un grand noir et son bâton de pèlerin dans un poulailler de 9 m2. »

Ca c’est votre ainée, bientôt 7 ans et déjà un sens de la formule très aiguisé. Vous tournez quand même la tête avec une lueur d’espoir vers maman qui bave avec classe sur son oreiller et qui semble heureuse comme jamais après votre exploit d’hier soir et des 5 minutes de plaisir prodiguées. Vous décidez de vous lever contre votre gré du pied gauche.

Histoire d’emmerder la marmaille et de décoller vos yeux en croix, vous branchez la cafetière et le transistor pour vous écoutez un bon « The Bomb » de The Bucketheads. Comme ça râle dans le canapé Fly donc vous augmentez le volume et la mini bougresse hurle comme jamais.

« Maman !!!!!! Prépare les valises, y’a papa qui part à Fresnes dans la journée avec Tonton Gros paquet !!! Tu vas voir toi là bas !!!! »

Les enfants sont formidables.

9/ Nujabes « Lady Brown »

10h16, maman vient d’ouvrir les yeux. Elle débarque dans le salon en grenouillère Wallace et Gromit, le tout agrémenté de deux belles poches de 3 kgs sous chaque mirette.

De votre côté la pression commence à monter à l’idée du derby de ce soir face à l’ennemi de toute une carrière, les fameux diables rouges d’Hénin-Beaumont.

Dans les enceintes et histoire de faire baisser votre hypertension, ça swingue sévère sur les instrus huilés de feu Nujabes. Dans votre tête le match est tendu et vous vous imaginez déjà être le héros de la soirée sur un « Buzzer Biffler » dont vous avez le secret, sur un reverse suivi d’un Fadeway que ne renierait en rien le violeur du Colorado.

Pendant  ce temps là, mini Kennynette et sa sœur (qui vient d’apparaître comme par magie) se crêpent une énième fois le chignon pour une sombre histoire de T-Shirt Violetta. Faites des gosses !

8/ Stealers Wheel « Stuck in the Middle with you »

Les douze coups de midi sonnent le gras. C’est l’heure de se restaurer et vous prenez le pli de faire dans le léger avec des haricots verts Bonduelle, du poisson pané de chez Captain Bigleux et un riz siglé Ben l’oncle Soul.

Dans vos enceintes spéciales IPad ça résonne grave le son des seventies avec « Stuck in the Middle with you » de Stealer Wheel. Encore une fois, impossible de vous détachez de votre ultime but de la journée, la victoire impérative de ce soir.

Dans votre esprit malveillant vous détournez le scénario de Tarantino en le transposant sur un terrain de basket. Vous êtes Michael Madsen le fou chantant de « Reservoir Dogs » et votre victime sera cet enfoiré de Michel Le Képi, power forward agressif le week-end et officier de la Maréchaussée de son état quand il n’est pas rémunéré par la Sécurité Sociale.

Bref, faut le dire avec beaucoup de sincérité, vous êtes un gaillard sans morale et un tantinet rancunier. Cet enfoiré de blanc vous vous l’imaginez jouer le one/one face à votre défense féroce, au moment opportun vous lui écrasez délicatement le pied de vos 100kgs une fois sa prise d’appuis dans ce qui aurait du être un hook flamboyant. Et crac patatrac!!!

Le résultat vous l’espérez satisfaisant après l’échographie, au moins un arrachement ligamentaire et un passage sur le billard. Ce qui semblerait être à vos yeux le minimum syndical pour le coup de coude de l’an dernier qui explosa votre divin nez des Carpates.

“Well I don’t know why I came here tonight,

I got the feeling that something ain’t right,

I’m so scared in case I fall off my chair,

And I’m wondering how I’ll get down the stairs”

7/ The Breeders « Canonball »

Il est 13h53 sur votre montre Casio calculatrice commandée sur www.rememberàlacon.hk et telle une horloge Suisse, votre transit intestinal sent soudainement l’effet des All Bran ingurgités plus tôt devant le faciès antipathique de William Leymergie.

C’est chaud, c’est brulant, vous savez que c’est le moment de déposer vos potes Sri Lankais à la piscine. (Elle est propre et bien beauf celle-là)

La taupe au guichet n’attendra pas et pour vous aider à déposer le bilan, votre platine à 33 tours balance « Canonball » des Breeders.

Sur votre trône vous fermez les yeux et la lumière, la concentration est intense. Dans votre esprit torturé tourne les images du film de Paul Bartel lui aussi nommé « Boule à canon !! »

Faut être franc, dans votre tête ça tourne franchement pas rond puisque les voitures sont des colombins et les pilotes de magnifiques Ténias.

La course est lancée et ça déboule dans tous les sens, un 500 miles d’Indianapolis effréné de 5 minutes est lancé.

Vous tenez la corde, les chocs sont de plus en plus violents, dernier tour, dernière ligne droite, vous poussez encore et toujours… « I’m the last splash ». Vous hurlez le “Wouhou!!!” de la victoire.

Votre épouse passe déjà une nouvelle commande chez Jacob Delafon.

6/ Sugar Ray « Fly »

Pffffh!!! Vous voilà remis de votre première victoire de la journée face à dame nature et vous sentez nettement le besoin de vous vautrer dans le lit marital avec la délicatesse d’un béluga échoué. Il est 14h46.

Les voix du sommeil semblent vous perdre. Dans les oreilles vos écouteurs laissent entrevoir les accords d’une musique, vous passez le pas de porte de Mr Dodo qui vous susurre à l’oreille le refrain funky et feutré du titre « Fly », de Sugar Ray.

Vous êtes déjà dans un état second. Vous rêvez sans plus attendre de vos plus beaux exploits.

Le shoot de la gagne du milieu de terrain en 1995. Votre 3 points couillesque avec la planche pour sceller la victoire en 2002. Votre match à 25 points pour la montée en 2013. Puis soudain, votre route se poursuit dans les méandres du futur et son lot d’incertitudes…

Votre subconscient vous transpose vers ce soir 22h22, il ne reste que 4 secondes à jouer. L’ambiance est électrique, dans les tribunes les rougeurs de l’alcool se font sentir et Tatie Danielle au bar est au bord de l’infarctus du haut de son mètre cube.

Vous avez la dernière possession, ballon touche côté. Tout le monde sait que vous êtes l’homme de la situation, que vous avez les couilles grosses comme des pomelos et que tout va se jouer sur votre instinct de tueur Artésien.

-2 au tableau d’affichage, vous allez remballer tout le monde à la Kobe Bryant. C’est signé d’avance et comme dans « Cat’s Eye » vous balancez votre carte de visite avec nonchalance.

La tension est à son paroxysme, l’arbitre donne le ballon à votre co-équipier. Les « Kenny je t’aime » pleuvent dans la salle, certaines demoiselles vont même jusqu’à se mettre nues pour vous montrer à quel point vous êtes un demi-dieu dans votre province grisonnante.

Le système est annoncé, vous remontez tête de raquette. Vous prenez un premier, puis un second écran, passe, réception, rainbow shoot derrière les 7m23, le temps semble suspendu, la balle s’approche du cercle…

« Arrrrrghhhhhhhhhhh!!!!!!!! » Vous êtes brusquement sorti de votre sommeil par maman qui semble soudainement éprise par l’amour et le romantisme d’un cétacé passé dans un seau de fond de teint

– Alors, on est prêt à mettre un Buzzer Bitter Champion?

Maman en mode sexy choco fourré à la pâte d'amande

Maman en mode sexy choco fourré à la pâte d’amande

Vous appelez votre agent dans la minute qui suit et demandez à être transféré à l’autre bout du département. Vous prononcez vous même votre divorce.

To be continued…

Kenny Anderson

Publicités

3 réflexions sur “Top 10: Jour de match !!! (1/2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s