Phrérology

Phérology: (Du Grec: Bogdanos pouvant se traduire par « menton musical ») Art de reconnaître les instincts, les penchants, les talents, les dispositions musicales et intellectuelles d’un ainé par son cadet via la configuration de sa discothèque IKEA rangée par ordre Alphabet Aerobic.

Ce nom est tiré du livre « Pense à moi » de Jean-Félix Lalanne écrit pour son frère Francis après que celui-ci eut réussi l’exploit de placer le mot anathème dans son unique succès musical, et reste à ce jour la meilleure définition de la Phrérologie, bien que son inventeur l’appelât « Lalannologie » et que le terme « Phrérologie » ait été forgé par deux disciples, Jérémy et Florian, du groupe Fréro Delavega.

Rassurez-vous, Bibi n’est pas parti en sucette, je ne viens pas vous parler ici de consanguinité ou des Frères Scott. Vous pouvez respirer…

Non, non rien de tout ça. Aujourd’hui je viens rentre un petit hommage au grand guignolo qui a fait de votre hôte, un serviteur de la mauvaise foi musicale et un chantre de l’expression : « Mais t’écoutes vraiment de la merde ! ».

Oui le gus en question est ni plus ni moins que le franginou, l’ainé, le gringo qui a forgé au moins en partie, l’être suspect qui vous écrit.

La musique au sein de notre famille est et sera toujours une histoire de culture et de complexe de supériorité. Parce que ne nous mentons pas, même si ça va mieux maintenant (Suite au téléchargement du plus grand tube de Patrick Sébastien pour l’un et à l’obligation d’écouter London Gramar pour l’autre), on se la joue grave et on aime bien se prendre pour des esthètes.

Enfin soit c’est pas le fond du sujet. Non parce que malgré tout ça, faut avouer que le grand dadet a su mettre du cœur à l’ouvrage et du bon sens pour éduquer l’illustre branlos de 9 ans son cadet. Et accessoirement quelques roubles au regard du nombre de concerts qu’il a rincé de sa poche.

Tout ça pour dire que Flaubert fut peut-être l’auteur de « L’éducation sentimentale, histoire d’un jeune homme » mais que le frangin écrira peut-être un jour pour ses gamines « L’éducation Musicale, histoire d’une oreille absolue ».

En attendant on ne va pas se mentir, y’a quand même eu des couacs dans toute cette mégalomanie constructive.

C’est pour ça que je tenais à le remercier de certains faux pas dont il taira l’existence (avant que ne souffle le vent du ragot) mais qui me permirent de passer certains aléas sans encombre.

Prenons « au hasard » les exemples des t-shirts sans manches « Bad » with M. Jackson taille XL alors que malgré ses 14 ans il vivait encore dans le corps d’un enfant de 8 ans, que dire des corbeilles de fruits « Girl, je suis love de toi » avec un petit CD de Stéreo MC’s qu’il offrait et composait à ses proies dans sa chambre, le tout admirant encore et toujours son Calendrier de Vanessa Demouy siglé « Coeurs Caraïbes ». Ou que dire de la copie cassette du premier album d’Ace of base, emprunté discrètement à la médiathèque locale avec l’aide d’un complice et j’en passe et des meilleures.

J’arrête là pour les révélations parce que vous le savez tous mieux moi, une playlist vaudra toujours mieux que des mots. Balance la sauce DJ Daddy K!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s